Partagez | 
 

 Lastri Cahaya Talugmai - Dis-moi comment tu tues, je te dirais qui tu es [IIII} 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lastri C. Talugmai
avatar

Profil


12 messages.
Inscrit le 02/08/2015.

Carnet de bord.
Quartier d'habitation.:
Tradipracticienne

 
MessageSujet: Lastri Cahaya Talugmai - Dis-moi comment tu tues, je te dirais qui tu es [IIII} 100% Dim 2 Aoû - 17:09

[presentation][pentete prenom="Lastri Cahaya" nom="Talugmai" img="http://i18.servimg.com/u/f18/15/58/51/12/kai10.jpg" citation="Dans le combat pour la survie, il n'y a pas de civil"][pinfos prenom="Lastri Cahaya" nom="Talugmai" nationalite="Tribu Badjao" age="21" metier="Chamanka" groupe="Aphrodites"][pcaractere]La femme Badjao est forte, car la Nature lui a offert une volonté puissante et un mental d'acier. Là où l'hostilité du monde sauvage pourrait avoir raison d'elle, elle sait puiser dans l'adversité les ressources nécessaires à sa survie. La femme Badjao est robuste, car la vie de nomade des mers a forgé sa connaissance du danger et sa capacité de réflexion. L'instinct autant que la logique guident ses décisions et jamais elle ne laisse la panique s'emparer d'elle. La femme Badjao est vigoureuse, car vivre parmi les hommes  de sa tribu demande qu'elle s'adapte à leur rythme de vie, impliquant des conditions extrêmes et des actes aguerris. Elle est fière, car la vie a demandé d'elle tant et plus et qu'elle a surmonté toutes ses épreuves d'initiation de façon valeureuse. Elle est juste mais intransigeante, n'a peur ni de la violence, ni de la mort, respecte son prochain et cherche toujours la voie de la diplomatie avant d'en venir à l'animosité. Si elle est chamanka, la femme Badjao aura une connaissance pointue de la faune et de la flore, tout spécialement si celles-ci sont marines. Elle connaîtra des sorts pour effrayer les hommes, des médecines pour les apaiser et des talents pour allier les deux. De préférence, elle sera stérile pour éviter toute perturbation entre elle et les esprits. Le sujet du jour est Lastri Talugmai. Et Lastri Talugmai est une bonne femme Badjao.[/pcaractere][pphysique]Lastri Cahaya Talugmai. Vingt et un ans. Un mètre cinquante-sept pour cinquante kilos. Morphologie : mince, souple, féline, musclée. Visage rond et enfantin. Traits rond, durs dans la colère. Peau hâlée et douce. Cheveux noirs, fins, denses, lisses, frisent parfois avec l'humidité. Front large, yeux en amande, grand et bleu clair. Nez rond et retroussé. Lèvres charnues, roses et nettement dessinées. Pommettes hautes et marquées. Menton rond. Épaules étroites, petites mains fines et doigts proportionnels. Jambes musclées, démarche fière. Porte rarement des chaussures, préfère des guêtres de tissu. Peinture blanche permanente sur le visage, les lèvres et les bras, tatouages tribals proches des parties intimes fait selon une technique proche des Tā moko, piercing éparses. Tunique en patchwork souple, bleue, peu adaptée à la vie civile, mitaines faites de bandages. Bleus et blessures fréquentes. Tresses nouées par des fils et autres grigris et portes-bonheurs tribals. Bonnet rouge ornementé, plis semblables à des oreilles au sommet du crâne. Le sujet refuse catégoriquement de s'en séparer ou assemble ses cheveux sur le même schéma.[/pphysique][phistoire]Cyril Gignac n'est pas un homme bon. Lorsqu'il a été décidé d'une expérience sociale par la chaîne de découverte Nature & Sciences du réseau câblé sur l'intégration de la civilisation dans des peuplades sauvages, il a tout de suite refusé. Pour Cyril, chaque peuple a le droit de choisir son mode de vie. Nul ne peut forcer son voisin à appliquer ses propres codes sur le prétexte bancal de l'accès à la « civilisation ». Pourtant, le projet a été confirmé et devant le refus du jeune réalisateur, ceux-ci ont décidé de se tourner vers des équipes moins scrupuleuses qui, elles, ont d'abord senti les fragrances de l'argent avant de se questionner de façon humaniste sur un tel sujet. Cyril n'a eu d'autres choix que d'accepter alors enfin sur le principe suivant : « Si c'est moi qui le fais, je pourrais au moins limiter la catastrophe... » Ainsi, le 29 juin 2029, l'année même où tous les jeunes rebelles chantaient le dernier album de Dwarf Metal à tue-tête en secouant avec force leurs I-Fruit 11 d'avant en arrière, Cyril prit ses cliques et ses claques et débarrassa le plancher de son bureau de l'Oregon pour atterrir dix-sept heures plus loin, se perdre entre l'Indonésie, les Philippines et le Papouasie-Nouvelle-Guinée.

L'objet d'étude venait de naître alors qu'enfin, conduit par un guide inexpérimenté à sa destination finale, Cyril rencontra les parents, payés une misère pour offrir leur fille à la télévision. Avec la somme obtenue, ils s'achetèrent une jolie maison en dur sur les côtes de Singapour, parce que la vie humaine se monnaye aussi bien que n'importe qu'elle autre marchandise. L'histoire raconte qu'ils périrent d'asphyxie au monoxyde de carbone six semaines plus tard alors même que la femme oubliait régulièrement d'éteindre les appareils électriques dysfonctionnels montés à la va-vite pour l'occasion. Ah, le choc des cultures...

Cyril prit la petite sous son aile. Ou plutôt, il l'a mit sous la responsabilité d'une des nombreuses tribus autochtone des nomades de l'eau afin que quelqu'un puisse s'occuper de la petite sauvagesse. Il y avait déjà bien assez à faire avec le matériel de tournage sans avoir en plus à changer les langes. Le programme allait se dérouler sur seize ans au moins et cela impliquait une minutie de tout instant. Durant ses onze premières années, l'objet fut entretenu par les sauvages. Grâce à ses prédispositions naturelles, celle-ci devint rapidement un guerrier sans concurrence pour sa catégorie d'âge. Les garçons les plus téméraires hésitaient à lui tirer les cheveux lorsqu'elle tenait une pique entre les mains. Rapidement cependant, le chaman remarquait la curiosité maladive de l'enfant et un atavisme rare pour une enfant guerrière : des dons pour le chamanisme. Les caméras tournaient et Cyril, parfois anxieux, souvent malade, continuait de tourner et monter les images qu'il envoyait par satellite aux États-Unis pour que le siège puisse en disposer. L'émission allait rapporter gros.

C'est à partir de la douzième année du sujet que commençait alors l'expérience. L'enfance étant le berceau des souvenirs innocents, il fallait maintenant éduquer l'objet à la façon américaine. Fini les plongées à cinquante mètres, les courses à travers les marécages, la chasse au harpon et toutes ces chicaneries d'indigènes. Il fallait maintenant se concentrer sur l'important, le vital : le dernier show de Jimmy Fallon, toujours incroyablement bien conservé, regarder des dessins animés violents promulgant des idées nationalistes xénophobes et surtout, vivre de la gastronomie du pays. Le changement radical apporta quelques troubles évidents. D'abord, l'enfant prit sept kilos en deux mois, écœurée par les habitudes alimentaires trop grasses, salées, riches du pays du Dollar là où elle était habituée à manger chaque jour des légumes et du poisson. Ensuite, la curiosité de la gamine était très mitigée. Elle insistait pour que Cyril, qu'elle appelait « ayah-profesor », lui raconte chaque soir une nouvelle invention révolutionnaire qui avait changé la face du monde, mais se désintéressait totalement des choses tels que l'économie, la politique ou la sociologie. Pris de quelques remords, le réalisateur décidait de changer quelques détails dans la programmation. Il adapta l'éducation de Lastri selon ses envies.

Ainsi, à l'aube du septième jour de mois de juillet 2047, Lastri Cahaya Talugmai avait le niveau d'un chaman aguerri et possédait des savoirs de combats, de médecine, de survie et de logique mathématiques suffisants pour se targuer d'être, sans offense, « intelligente ». Cyril s'approchait doucement de ses cinquante ans et le corps de la gamine était devenu celui d'une femme. Comme chacun le sait, la libido des hommes tarde à s'éteindre là ou celle de certaines femmes tarde à s'éveiller. C'est donc sans animosité aucune que Lastri refusait avec douceur toutes les avances de son vieux mentor, avances qui devenaient de plus en plus assidues de la part des tous les hommes de son entourage d'ailleurs. Cyril ne comprenait pas pourquoi l'enfant persistait à le repousser là où toutes les putes de l'archipel faisaient presque la queue pour pouvoir profiter de la sienne au moins une fois par semaine. Peut-être Cyril n'avait-il pas compris le principe du racolage.

C'est un peu moins de deux ans plus tard que Cyril découvrit un mémoire choquant écrit par l'objet d'étude. Ils avaient pour habitude de tout se dire et Lastri considérait comme naturel de penser tout haut. Chaque jour de l'année, excepté le dimanche, amen, les deux adultes prenaient environ dix minutes pour témoigner devant la caméra de l'avancée globale de leurs vies respectives. C'est donc sur un enregistrement plutôt long que fut découvert au lendemain du crime, la présentation tumultueuse d'une dissertation minutieuse sur la non-intervention de l'homme dans le protocole de reproduction humain. Bien que d'un niveau exceptionnel, la présentation gardait quelques erreurs éparses, mais rien d'assez évident pour qu'un néophyte en sciences naturelles comme Cyril puisse s'en rendre compte. C'était inacceptable. En plus du caractère blasphématoire de la chose, il était inconcevable que le sujet puisse tendre à des élans de saphismes scientifiques devant des millions de téléspectateurs. Devant un tel cas de force majeur, Cyril détruisit les fichiers concernés et le mémoire complet.

Assis devant son ordinateur, Cyril revisionne encore et encore les images qu'il a lui-même prises. En sourdine, l'écran déblatère son laïus : «  La femme Badjao est vigoureuse, car vivre parmi les hommes  de sa tribu demande qu'elle s'adapte à leur rythme de vie... » S'étirant sur sa chaise, l'envie soudaine d'un café lui prend. Il se lève avec lenteur, son dos continue de le faire souffrir. Par tic, il passe doucement ses doigts sur les quatre cicatrices fines et blanchâtres qui couturent son ventre. La machine  ronronne quand il la lance et bientôt, l'odeur du café l'apaise. Ces derniers temps, Cyril dort mal. Plus arrive le moment fatidique de la publication de l'expérience sociale déroulée sur plus de dix-huit ans, plus ses nuits sont agitées de cauchemars terribles. Difficile d'oublier ce cri de haine. Ce visage déformé par la rage. Ce couteau en os de baleine qui entre et sort dans un bruit mat. Quatre pour lui, six pour l'assistant à l'image, cinq pour le directeur son et une pour le perchiste. Et ses poings, ses pieds, ses dents. Des coups si nets qu'ils ont laissé trois morts et deux blessés. Et puis cette voix douce, alors que les hommes se précipitent pour l'arrêter, cette voix qui lui susurre doucement à l'oreille : « Ayah-Profesor, pourquoi ? ». Il a été impossible de continuer après cela. Cyril s'est échappé, a écrit une lettre à la chaîne pour dire qu'il ne pouvait plus rester et a pris le premier vol éco pour l'Oregon. Lastri, elle est restée là-bas. Les hommes qui l'ont maîtrisée, l'ont aussi tabassée, puis relâchée, comme l'animal sauvage qu'elle a toujours été.

Cyril Gignac n'est pas un homme bon. Lorsqu'il a été décidé d'une expérience sociale par la chaîne de découverte Nature & Sciences du réseau câblé sur l'intégration de la civilisation dans des peuplades sauvages, il a tout de suite refusé. Parce que ce matin, Cyril Gignac s'est pendu, après avoir mis le feu aux locaux du siège. Il ne reste que peu d'images de ce qui aurait été une nouvelle sorte de télé-réalité sensationnelle. Mais bon, de toute façon, l'objet d'étude a disparu lui aussi.[/phistoire][phorsjeu pseudo="MeianJin" age="Since 1993" sexe="Entre les cuisses" avatar="Kai – Heavenly Sword" origine="Quand je dis PS, je ne pense pas forcément à Sony" suggestions="Le mieux pour en parler, c'est de le tâter un peu. Alors je vais aller tâter et je reviens vous dire !"][/presentation]


Dernière édition par Lastri Cahaya le Lun 3 Aoû - 23:23, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Profil


messages.
Inscrit le .

 
MessageSujet: Re: Lastri Cahaya Talugmai - Dis-moi comment tu tues, je te dirais qui tu es [IIII} 100% Dim 2 Aoû - 18:30

Bienvenue mon amour :3
Super choix pour l'avatar! Contente que tu ai trouvé mieux ! ❤
Revenir en haut Aller en bas
Lastri C. Talugmai
avatar

Profil


12 messages.
Inscrit le 02/08/2015.

Carnet de bord.
Quartier d'habitation.:
Tradipracticienne

 
MessageSujet: Re: Lastri Cahaya Talugmai - Dis-moi comment tu tues, je te dirais qui tu es [IIII} 100% Mar 4 Aoû - 10:22

Héhé, merci merci ♥♥
J'ai fini!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katya Bokariova
avatar

Profil


128 messages.
Inscrit le 13/07/2015.

Carnet de bord.
Quartier d'habitation.: Est
Mère porteuse

 
MessageSujet: Re: Lastri Cahaya Talugmai - Dis-moi comment tu tues, je te dirais qui tu es [IIII} 100% Mer 5 Aoû - 16:25

[blog][btexte titre="Bienvenuuuuueeee!"]Désolée pour le délai de validation, on a eu un peu de mal à se croiser, avec Celes', et aussi du mal à trouver quel emploi donner à ton personnage! J'aime beaucoup ta fiche, au passage.. Tu es donc validée ! o/
▬  Nous te proposons l'emploi de Tradipracticienne. Ton personnage travaillera à l'est! Plus d'infos sur le métier: www.
▬ N'oublie pas d'aller recenser ton avatar, demander un logement, et recenser ton métier ![/btexte][/blog]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Profil


messages.
Inscrit le .

 
MessageSujet: Re: Lastri Cahaya Talugmai - Dis-moi comment tu tues, je te dirais qui tu es [IIII} 100%

Revenir en haut Aller en bas
 
Lastri Cahaya Talugmai - Dis-moi comment tu tues, je te dirais qui tu es [IIII} 100%
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment contrer un mumak?
» comment peindre des orientaux
» Annabuses, ou comment réussir son exam... , de A. Lasornette
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?
» Comment créer sa nouvelle équipe ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Girls : We run the world ! :: Gestion des personnages :: Fiches des personnages. :: Fiches validées.-

Nos coupins ! ♥